Poésie Traditionnelle Chinoise

Qiu_Ying

Chevaux barbares de l’officier Fang

Cheval de Ferghana, barbare :
Souple ossature aux angles tranchants.
Oreilles dressées en bambous taillés ;
Pattes légères que soulèvent la brise …

Là où tu vas rien ne t’arrête ;
Ma vie te confierais, et ma mort !
Haut coursier, nos rêves partagés :
Sur mille li fendre l’espace ouvert !

Poème de Du Fu (traduction de François Cheng)


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s